Votre page se charge...

gif

Merci de patienter!

f
Des centaines d’essais, des milliers de photos, toute l’actualité automobile de l’île de La Réunion et bien plus!

Vous êtes ici: accueil > marques > italiennes > Abarth >

logo

Publié par le 4 décembre 2017

Abarth 595 Competizione

Fièvre jaune!

 

Comparer une Fiat 500 «full stock» avec cette Abarth 595 Competizione pack Performance, c’est comme comparer un pot de yaourt avec un pot de pâte piment: l’une pique, l’autre pas!

Novembre est le mois des scorpions et cela coïncide avec l’annonce officielle par le groupe Caillé de l’obtention de la carte Abarth, qui est à Fiat ce que AMG est à Mercedes, M à BMW, Nismo à Nissan, etc.; bref, sa division sport.

Des «Cinquecento» sortent donc de l’usine Fiat et se dirigent vers les ateliers d’Abarth où elles sont modifiées pour en faire de vraies petites sportives, qui restent quand même parfaitement utilisables au quotidien.

(Cliquez sur les photos pour les agrandir)

Première opération: tous les sigles Fiat sont supprimés et des logos au scorpion (signe zodiacal du fondateur) sont collés partout, sur le bouclier avant, la malle arrière, de chaque côté, sur chaque roue, sur le moyeu de volant, sur la molette de réglage du dossier, sans oublier de gros autocollants sur les flancs et même les seuils de portes.

La marque Abarth a été fondée en 1949 par un Autrichien naturalisé Italien, Karl (devenu Carlo) Abarth. Dès les débuts, Abarth a travaillé avec Pininfarina et Ferrari. Le leitmotiv est la chasse aux kilos superflus, pour obtenir le meilleur rapport poids/puissance.

En l’occurrence, la 595 pèse 1.035 kilos et son 4 cylindres de 1.368cc doté d’un turbo Garret développe maintenant 180 chevaux, soit un rapport poids/puissance de 5,75. Le couple est de 250Nm. Cela permet à l’Abarth 595 Competizione de passer de 0 à 100km/h en 6,7 secondes.

Légère, mais pas pingre au niveau des équipements: clim, sono, GPS avec cartographie Réunion, radar de recul, tout y est. La déco de l’habitacle fait appel à des inserts en carbone, qui renforcent la note sportive du mano de pression de turbo, et des magnifiques sièges-baquets à coque en carbone (qui ne sont hélas pas réglables en hauteur).

Grâce à Kolors (Marc Bergeretti, Gregory Legendre, Frédéric Métanire, Jean-Noël Rousseau, etc.), nous avons pu essayer la 595 Abarth Competizione sur le circuit de la Jamaïque, qui est un circuit de karting, donc a priori son terrain de prédilection!

(Suite de l’article plus bas, juste en dessous de la pub)
Merci de visiter nos sponsors:

 

Elle se révèle très facile à piloter et si on dépasse ses limites, on ressent simplement un léger dodelinement de la caisse, qui signifie que l’électronique intervient pour replacer la voiture sur la bonne trajectoire.

Les pneus Michelin Pilot Super Sport 3 en 205/40R17 sont excellents et garantissent une bonne tenue de route.

C’est une traction avant à moteur avant, donc tout repose sur… l’avant! Cela explique qu’Abarth n’a pas lésiné sur les moyens pour scotcher le train avant au sol, avec une suspension Koni réglée «aux petits oignons».

(Cliquez sur les photos pour les agrandir)

Un différentiel à glissement limité mécanique, complété par un différentiel électronique TTC (Torque Transfer Control), veille à ce que la puissance passe bien au sol.

Pour s’arrêter, l’Abarth compte sur des étriers Brembo en alliage et des disques de grand diamètre!

La direction: elle est tellement bien dosée qu’elle se fait totalement oublier et devient le prolongement du regard. Par contre, le volant n’est pas réglable en profondeur, mais uniquement en hauteur.

Les quatre sorties d’échappement feraient sourire sur une Fiat 500 d’origine, mais sur l’Abarth, elles sont cohérentes avec son caractère réellement sportif. Et puis, l’échappement Monza est magique: un clapet s’ouvre et le ronronnement du chaton se transforme en rugissement de fauve!

Amusante sur la piste, l’Abarth reste un joujou en ville, grâce à ses 3,65m de long.

Nous avons essayé la Competizione, mais l’Abarth 595 existe en de multiples versions, certaines plus sages, comme la Turismo (165 chevaux et 230Nm de couple), d’autres plus radicales, comme la 695 Biposto (en italien: deux places).

La 595 est également disponible en boîte automatique avec palettes au volant. Mais après l’essai des deux versions, nous vous conseillons la boîte manuelle, parce qu’elle est plus rapide pour changer les rapports et surtout parce que seule la boîte manuelle est assortie du différentiel à glissement limité mécanique!

Ne manquez plus rien de l’actualité automobile à La Réunion en vous abonnant à notre page Facebook :  f 

Texte et photos ©

Cet article vous plaît? Pourquoi ne pas le…

Merci de visiter nos sponsors: