Votre page se charge...

gif

Merci de patienter!

photo

Vous êtes ici: accueil > marques > allemandes drapeau > Alpina >

Publié par le 23 août 2020

Alpina B7 S turbo

La berline la plus rapide du monde

Photos © service presse salle de vente
(Cliquez sur les photos pour les agrandir)

photo manquante
Exemplaire S n°17
photo manquante

Après avoir lancé en 1978 l’Alpina B7 turbo, la berline la plus rapide du monde (250 km/h contre 240 km/h pour une Maserati Quattroporte), Alpina produit 60 exemplaires d’une version encore plus performante: la B7 S Turbo, qui atteint 260 km/h et passe de 0 à 100 km/h en 5,9 sec, battant ainsi à l’accélération la Ferrari 308 GTB!

Les photos représentent les «B7 S turbo» n°10, n°17 et n°22 (sur 60) qui ont été vendues en 2019 et début 2020, (72.500 € pour la n°17, 95.000€ pour la n°10 et 135.000€ pour la n°22).

photo manquante
Sièges Recaro
photo manquante

L’histoire commence en 1962: Burkard Bovensiepen, un Bavarois, commercialise des kits Weber double-corps pour les BMW 1500. Chose exceptionnelle: ses kits sont tellement réputés que la garantie constructeur BMW est préservée! Le 1er janvier 1965, il fonde l’entreprise Alpina Burkard Bovensiepen GmbH, Alpina étant en fait le nom de la marque de machines à écrire que produit son père, Rudolf Bovensiepen!

Alpina fait courir de nombreux pilotes (dont Jacky Ickx et Niki Lauda), et remporte en 1970 le championnat européen des voitures de tourisme (ETCC, European Touring Car Championship) et notamment son épreuve phare: les 24 heures de Spa-Francorchamps avec une BMW 2.8 CS.

photo manquante
photo manquante
Plaque constructeur Alpina

C’est le début d’une série d’exploits sportifs qui installent Alpina au sommet de la gloire. En 1977, Alpina, qui vient de décrocher une nouvelle fois titre de champion d’Europe des voitures de tourisme avec son Alpina 3,5 CSL, annonce cependant que son écurie officielle se retire de la compétition.
Alpina continue de fournir des voitures de course aux écuries privées, mais répond surtout à la très forte demande de particuliers qui veulent une BMW plus performante que d’origine pour un usage quotidien. Alpina lance donc en décembre 1978 l’ «Alpina B7 turbo», basée sur la berline BMW 528i (série 5 e12) mais tellement améliorée, qu’Alpina est considéré comme un constructeur à part entière, avec sa propre plaque constructeur!

photo manquante
photo manquante

La nouvelle Alpina embarque un L6 de 3 litres (M30B30) à injection mécanique sur lequel est greffé un turbo KKK (Külnle, Kopp & Kaussch). Un intercooler est ajouté et participe énormément à l’augmentation de puissance: selon un article de Road & Track, en faisant passer la température de l’air à l’admission de 110℃elsius à 66℃elsius, Alpina a gagné 30 ch, avec une baisse de la consommation de 15%.

photo manquante
Écopes de refroidissement des freins
photo manquante
Nouvelle calandre «phase 2»

Un radiateur d’huile participe à maintenir le moteur à sa température optimale de fonctionnement et l’Alpina B7 turbo bénéficie également d’un allumage renforcé, d’un échappement beaucoup plus sophistiqué que celui d’origine et de nombreuses pièces spéciales. Au final, le M30B30 sort 300 ch (221 kW): pas mal pour un 12 soupapes à simple arbre à cames en tête!

La suite plus bas

Connaissez-vous nos amis ? sponsor 1 sponsor 2
photo manquante
Volant Alpina
photo manquante

D’origine, les BMW 528i a une boîte de vitesses à 4 rapports. Sur la B7, la puissance est transmise aux roues arrières par l’intermédiaire d’une boîte 5 empruntée à la BMW 535i. Mais ici, la vitesse supplémentaire n’est absolument pas un overdrive: son rapport est de 1:1 (prise directe) identique à la boîte 4, on a donc une boîte avec des rapports plus rapprochés, donc plus sportive.

photo manquante
Refroidissement différentiel
photo manquante
T° moteur et T° différentiel

Le pont, avec différentiel ZF à glissement limité 25%, a une démultiplication finale de 2,93 à 1, ce qui est relativement long mais permet d’accrocher la v-max de 250 km/h avant la zone rouge qui commence à 6400 tr/min. Le différentiel (un point faible des BMW de l’époque) est refroidi par une pompe à huile et un radiateur, et sa fixation est renforcée.

photo manquante
Avant 205/55R16 Pirelli P7
photo manquante
Arrière 225/50R16 Pirelli P7

Comme le logo de la marque le symbolise, une Alpina est améliorée au niveau du moteur mais aussi du châssis: amortisseurs Bilstein préparés (caisse rabaissée), barres anti-roulis de 18 mm, disques de 280 mm ventilés, magnifiques roues Alpina de 16 pouces chaussées de Pirelli P7 (205/55VR16 à l’avant et 225/50VR16 à l’arrière). Pour rappel, d’origine la 528i est en 14 pouces.

Esthétiquement, l’Alpina est reconnaissable par ses roues mais aussi son spoiler avant, son aileron en caoutchouc sur le coffre arrière, sans oublier sa déco latérale.

photo manquante
Aileron en caoutchouc
photo manquante

Entre 1978 et 1981, Alpina a commercialisé 149 exemplaire de sa B7 Turbo. Ce sera la berline la plus rapide du monde. Entretemps, BMW a restylé sa série 5 (e12 phase 2) et sorti la M535i, qui reprend le moteur M30B35 de la série 7 et préfigure la future M5, mais avec des performances encore timides: 218 ch contre 300  pour l’Alpina B7 turbo.

photo manquante
photo manquante
330 ch sous le capot

Cela n’empêche pas Alpina de sortir en novembre 1981 une version encore plus puissante: la «B7 S Turbo», avec le bloc de 3,5 litres de la M535i, dont Alpina parvient à extraire 330 ch, en poussant notamment la pression de turbo à 0,9 bar et en adoptant un allumage AFT. La «berline la plus rapide du monde» gagne encore 10 km/h (v-max de 260 km/h) et passe maintenant de 0 à 100 km/h en 5,9 secondes (contre 6,5 secondes précédemment), soit des performances supérieures à une Ferrari 308 GTB, avec toujours l’avantage d’offrir 5 places.

photo manquante
Déco de la B7 turbo
photo manquante
Et déco dorée de la S

Autre changement: la «S» adopte la boîte de vitesses de la BMW 745i, toujours à 5 rapports mais de marque ZF au lieu de Getrag.

Extérieurement, la déco latérale est dorée et les poignées de portes ne sont plus chromées mais noires. Dans l’habitacle, le ciel de toit et les pare-soleils sont également noirs.

photo manquante
Plaque exemplaire n°17 sur 60
photo manquante
Seulement 60 S produites

L’Alpina B7 S turbo, «la berline la plus rapide du monde», sera fabriquée de novembre 1981 à mai 1982, soit à peine six mois, ce qui explique qu’il n’y en a eu que 60 de produites et qu’elles sont donc très rares et recherchées des collectionneurs. Une des raisons de sa brève carrière commerciale est qu’en novembre 1981 Alpina a également lancé la «B9», sur base de la nouvelle BMW série 5 (e28), qui a pris la relève.

AlpinaB7 turboB7 S turbo
Commercialisation1978-1981de novembre 1981
à mai 1982
Production149 ex.60 ex.
BaseBMW e12 528iBMW e12 M535i
Poids à vide1485 kg-kg
Longueur4620 mm
Largeur1690 mm
Hauteur1405 mm
Empattement2636 mm
Jante avant7x16 offset 11 (n° pièce 36 11 612)
Jante arrière8x16 ofsset 24 (n° pièce 36 11 613)
Pneu avant205/55VR16 Pirelli P7
Pneu arrière225/50VR16 Pirelli P7
MoteurM30B30M30B35
Alésage x course89 mm x 80 mm93,4 mm x 84 mm
Cylindrée2986 cc3453 cc
Compression7,3 à 1-
Puissance300 ch à 6000 tr/min330 ch à 5800 tr/min
Couple462 Nm à 2500 tr/min500 Nm à 3000 tr/min
Boîte de vitessesBVM 5 rapport 1:1 en 5e
Pontrapport final 2,93 à 1
Performances
v-max250 km/h260 km/h
0-100 km/h6,5 sec5,9 sec

©

Cliquez sur le logo pour lire d’autres articles sur la marque
Pour partager : logo facebook logo email logo linkedin logo twitter
Sites officiels :
Connaissez-vous nos amis ? sponsor 3 sponsor 4
facebook
www.vroum.info est plus complet et
s’affiche mieux sur un ordinateur