Votre page se charge
photo

Vous êtes ici: accueil > marques > Allemagne drapeau > Audi >

Mis en ligne par Ignace de Witte le 4 juin 2008

Audi A4 2 litres TDI 143 CV

Sérénade pour un diesel

L’A4 est le best-seller de chez Audi. La marque aux 4 anneaux fait évoluer sa petite limousine* doucement, par petites touches, tout en nuances. Rien de révolutionnaire sur cette nouvelle version mais au final on se trouve quand même avec une voiture améliorée de partout. L’agrément moteur reste son principal atout, ainsi qu’un prix de vente très compétitif.
Extérieurement, elle est nouvelle mais on reconnaît de suite qu’il s’agit d’une Audi. La silhouette de cette belle allemande est bien connue du public, depuis l’Audi 80, dont l’A4 est la digne héritière.

Elle est maintenant plus fluide, plus dynamique, avec une calandre un peu plus large et plus basse que sur la version précédente, un capot qui recouvre un peu plus les phares, à la manière des «paupières» que mettent les tuners pour rendre leur voiture plus expressive. La rampe de leds dans les phares avant attirent le regard des passants. Les roues de 16 pouces remplissent mieux les ailes (17 pouces en option). Les phares arrières ont eux aussi été redessinés, plus fins, plus étirés.

Rien d’extravagant, seulement une évolution de style vers plus d’élégance, plus de noblesse. Si la ligne paraît plus fluide, ce n’est pas seulement une impression: la caisse a pris 11 cm en longueur (4,70 m contre 4,59 m) , 6 cm en largeur (1,83 m contre 1,77 m) , pour une hauteur inchangée. Le plus fort, c’est que la nouvelle Audi a perdu du poids et ne pèse que 1410 kg, en raison de l’utilisation d’aciers spéciaux et de nombreuses pièces en aluminium.

L’habitacle est «premium», tant au niveau du choix des matériaux que de la qualité d’assemblage, absolument parfaite. Voyager à bord de l’Audi A4 est un moment privilégié. L’équipement ne soufre d’aucune critique. En ville, on a particulièrement apprécié le système de visualisation des radars de parking avant et arrière, qui permet des manœuvres précises et rapides. L’Audi A4 est équipée d’un frein à main électromécanique, qui s’actionne à l’aide d’un petit bouton basculant situé sur le tunnel central.

(Cliquez sur les photos pour les agrandir)

image
 
image
 
image
 
image
 
image
 
image
 
image
 
image
 

Cet équipement va de paire avec un système qui permet de démarrer en côte sans l’aide du frein à main ( HOLD-ASSIST), exactement comme si on disposait d’une boîte de vitesse automatique. Très vite, on prend l’habitude d’utiliser systématiquement l’HOLD-ASSIST, même en ville, tant c’est pratique. Pour trouver quelque chose à redire sur cette voiture, il faut vraiment chercher la petite bête. La seule critique que l’on peut émettre c’est que la cinquième place, celle du milieu à l’arrière, est un peu pénalisée à cause du tunnel central, très volumineux, car conçu pour abriter la transmission intégrale Quattro (alors que notre modèle d’essais est une traction avant).

Plus belle, plus grande, l’Audi A4 est également plus dynamique.

On notera aussi que la caisse a été allongée de 11 cm mais que l’empattement a lui augmenté de 17 cm (2,81 m contre 2,64 m) et que le moteur a reculé de 15 cm par rapport à l’essieu avant: il en résulte une habitabilité qui n’a pas évolué mais un comportement routier amélioré, en raison des roues «poussées dans les coins» et une meilleure répartition des masses entre les essieux avant et arrière, à la manière des BMW. La batterie est placée dans le coffre, pour participer elle aussi à la meilleure répartition des masses. Le coffre lui-même est toujours aussi impressionnant: il accueille facilement tous les bagages de quatre personnes (480 litres).

Comme c’est l’habitude des constructeurs allemands, sous le capot, on a le choix: du très sobre 4 cylindres diesel de 143 CV (5,5 litres au 100), au bouillant V6 essence de 3,2 litres développant 265 CV, en passant par un 4 cylindres essence d’1,8 litre développant 160 CV et deux V6 diesel de 2,7 et 3 litres, développant respectivement 190 CV et 240 CV.

Audi s’est rendu célèbre avec ses Quattro, les premières 4x4 conçus pour la route et pas pour le tout-terrain, et l’A4 est évidemment disponible en version «traction avant» ou en version Quattro, mais seulement avec les motorisations «nobles» V6 essence 3,2 litres et V6 diesel 3 litres.

Notre modèle d’essais était équipé du quatre cylindres TDI de 143 chevaux, qui sera sans aucun doute la version best-seller. Très honnêtement, ce moteur est le meilleur diesel qu’il nous a été donné d’essayer jusqu’à présent, en raison de ses qualités intrinsèques de couple et de puissance, mais également en raison de sa boîte de vitesses à 6 rapports, dont l’étagement est absolument parfait et qui permet d’enclencher le 6e rapport dès 70 km/h. Les 143 chevaux de l’Audi A4 valent mieux que beaucoup de 170 chevaux revendiqués par d’autres…

L’Allemagne est un pays producteur d’aluminium et Audi fait preuve de beaucoup de patriotisme: de nombreux composants de la suspension, de la direction, etc. sont en aluminium. La diminution du poids suspendu et un système de durcissement de l’assistance de la direction en fonction de la vitesse rendent cette voiture très agréable à conduire, en toutes circonstances et sans compromis: l’Audi A4 est très maniable à basse vitesse en ville et très stable à haute vitesse sur la quatre voies. Bref, la nouvelle Audi A4 est un régal à regarder, à voyager et à conduire.

Et tout ça pour 38.950 € (TDI 143 AMBIENTE) , ce qui est très compétitif, surtout face à la concurrence allemande!

 # Audi   # Allemagne   # segment D   # berline moyenne 

Reproduction interdite (copyright)
Mais vous pouvez PARTAGER sans modération sur :
logo facebook logo email logo linkedin logo twitter
Sites officiels :

sponsor 1
sponsor 2
sponsor 3
sponsor 4