Votre page se charge...

gif

Merci de patienter!

photo

Vous êtes ici: accueil > marques > autos > Allemagne drapeau > BMW >

Publié par le 29 décembre 2020

Essai BMW 420d (G22)

Difficile de la prendre en défaut

Cliquez sur les photos pour les agrandir
(Photos prises à la concession BMW de Saint-Denis et lors de notre essai)

photo manquante
La nouvelle Série 4 (G22)
photo manquante
Notre essai à La Réunion

Le milieu de gamme BMW était autrefois constitué par les coupés et berlines de la «Série 3». En 2013, BMW a décidé de conserver l’appellation «Série 3» pour ses berlines et appeler «Série 4» les coupés. La première génération de cette nouvelle Série 4 (F32)) s’est vendue à +800.000 exemplaires à travers le monde, un exploit pour un coupé premium.

photo manquante
Dans les locaux de LEAL Réunion
photo manquante

Voici la deuxième génération de Série 4 (G22): plus longue de 130 mm, plus large de 27 mm, plus basse de 57 mm, l’empattement est plus long de 41 mm et le centre de gravité plus bas de 21 mm. Bref, extérieurement, c’est maintenant une baby Série 8! En fait, vous allez rire: la nouvelle BMW Série 4 se rapproche de la Ford Mustang en ce qui concerne les dimensions!

photo manquante
Calandre à volets actifs
photo manquante
2x3 nervures sur le capot

Le look de la G22 est également plus agressif que celui de la F32, avec cette fameuse calandre aussi haute que large qui fait couler beaucoup d’encre et que l’on doit à Domagoj Dukec, patron du design BMW depuis 2019. Notez que la nouvelle Série 3 (G20) n’a pas cette calandre mais qu’on la retrouvera sur la future i4, sauf qu’elle sera totalement obturée, alors qu’elle est ici équipée de volets qui se ferment et s’ouvrent en fonction de la température sous le capot. Le côté massif de cette calandre est beaucoup atténué par la plaque minéralogique qui vient la barrer au milieu.

photo manquante
Ligne «fastback»
photo manquante
Étriers rouges !

Outre la calandre, la nouvelle Série 4 se caractérise par un capot avec 2x3 nervures, une ligne de toit dans le prolongement de la lunette arrière (style «fastback»), des ailes arrières décalées par rapport à la carrosserie, pour accueillir des roues larges, équipées d’étriers de frein peints en rouge, une première chez BMW. De nuit, la signature lumineuse de la nouvelle Série 4 est également reconnaissable, surtout avec l’option optiques laser éclairant à 550 m.

photo manquante
Compteur numérique
photo manquante
Arrière plus large

L’intérieur a lui aussi énormément progressé. Le tableau de bord est repris de la nouvelle Série 3 (G20) et le bloc compteur est une «dalle» numérique de 12,3 pouces (soit 31,2 cm de large) dès la finition M Sport, et on dispose au centre de la planche de bord d’un écran multifonctions, qui est passé de 8,8 pouces (soit 22,4 cm de large) à 10,3 pouces (soit 24,2 cm), à commandes gestuelles et compatible Androïd Auto et Apple CarPlay. Sinon, il y a toujours la grosse molette entre les sièges et, pour certaines fonctionnalités, la commande vocale. L’affichage tête haute est de plus grandes dimensions.

photo manquante
Le bloc 4 cylindres 2 litres du 420d est surprenant
photo manquante

Le look de la nouvelle Série 4 est indiscutablement celui d’une voiture sportive et on se demande évidemment si le 4 cylindres Diesel de 2 litres est à la hauteur. Première impression, sonore: le moteur est vraiment très silencieux, l’habitacle bien insonorisé (pare-brise plus épais) et le bruit à l’échappement a bien été travaillé, de sorte que ce que l’on entend en roulant à basse vitesse vitres ouvertes est plutôt agréable. C’est important pour un coupé, cela le sera encore plus si vous optez pour la version cabriolet.

photo manquante
Écran multifontions de 24,2 cm
photo manquante
Roues 19 pouces (M Technik)

La 420d est une voiture confortable par toutes les aides à la conduite qu’elle offre, des aides que l’on retrouve peut-être sur d’autres véhicules, mais qui chez BMW sont particulièrement au point et faciles à utiliser, comme par exemple le parking automatique (créneau) ou le «reverse» (la voiture «rembobine» les 40 derniers mètres).

photo manquante
225/40R19 avant
photo manquante
255/35R19 arrière

Et si on taquine l’accélérateur, les 400 Nm de couple et la boîte à 8 rapports permettent de faire vroum-vroum comme on l’attend d’une BMW au look sportif. Cette 420d affiche une v-max de 240 km/h, mais de nos jours ce qui est plus intéressant c’est le 0 à 100 km/h: grâce à la micro-hybridation 48 volts qui apporte 11 chevaux supplémentaires, la 420d signe un chrono fort honorable de 7,1 secondes (contre 7,4 sec pour la 1ère génération (F32).

Selon nos informations, les 8 rapports de la BVA sont strictement les mêmes pour toutes les motorisations, avec un rapport 1:1 sur le 6e rapport, et le rapport final (pont) est lui aussi identique (2,813:1).

Connaissez-vous nos amis ? sponsor 1 sponsor 2

photo manquante
photo manquante
Alors: shark ou pas shark?

La nouvelle Série 4 se caractérise par une grande facilité de conduite, grâce notamment à une boîte automatique à 8 rapports Steptronic (donc pas à double embrayage mais à convertisseur) et une direction à pas variable: plus on braque plus la direction est démultipliée, ce qui permet d’avoir une grande stabilité sur route et une grande maniabilité en ville.

photo manquante
Caméra dans le badge
photo manquante
Boîte Steptronic 8 rapports

Le pilote a également le choix entre plusieurs «programmes» électroniques de conduite, allant d’éco à sport avec même un mode que j’appelerais «boîte automatique-manuelle»: elle monte alors les rapports uniquement si vous donnez une petite impulsion sur le levier de vitesses (ou les palettes au volant), sinon elle monte dans les tours jusqu’au rupteur.

photo manquante
affichage du nombre de G
photo manquante
Plus de compte-tours mais le pourcentage de puissance sollicitée

La Série 4 est uniquement disponible avec la boîte automatique, sauf la version très exclusive M4 cup, qui sera en boîte manuelle (elle abandonnera également beaucoup d’autres éléments de confort). La 420d est en tous cas une voiture qui se révèle amusante à conduire. Les sièges conducteur et passager offrent un rembourrage supplémentaire au niveau des épaules, pour un meilleur maintien latéral. Et on peut afficher les G encaissés sur le tableau de bord.

photo manquante
la ceinture avance vers le conducteur
photo manquante
Double sortie :
une de chaque côté

La 420d de notre essai était une propulsion mais elle est également disponible en version xDrive (4 roues motrices), donc encore plus sécurisante. On notera qu’avec le pack «M Technology», la transmission Xdrive est même complétée par un différentiel arrière à glissement limité, piloté électroniquement: l’idéal pour aller aux sports d’hiver!

photo manquante
photo manquante

D’après la fiche technique, la nouvelle Série 4 est équipée de «butées hydrauliques», un élément issu du rallye sur lequel Citroën a beaucoup communiqué: au fur et à mesure que l’amortisseur hydraulique est comprimé, les valves qui laissent passer l’huile se referment, l’amortissement se durcit et on ne peut ainsi jamais «talonner».

photo manquante
photo manquante

Ce que nous avons nous ressenti lors de notre essai, c’est qu’avec les roues en 19 pouces équipées de pneus taille basse (finition MTechnik), l’amortissement est très typé sport, avec peu de débattement. La voiture vire donc toujours bien à plat, elle est comme scotchée au bitume, mais, en revanche, quand le revêtement de la route devient mauvais, le confort s’en ressent.
En tous cas, une mention spéciale pour le freinage: le mordant est exceptionnel!

photo manquante
Rembourrage supplémentaire aux épaules
photo manquante
Immense portière !

La nouvelle Série 4 confirme donc sa vocation: plus sportive que la Série 3. C’est du reste une stricte 4 places. Malgré les portières immenses, l’accès aux places arrières n’est pas facile mais une fois assis, on y est très confortablement installé, même pour les +1,85m comme votre serviteur. La banquette arrière est rabbatable 1 tiers-2 tiers, très facilement, grâce à des tirettes dans le coffre.

photo manquante
L’arrière est plus large et en impose
photo manquante
Elle assume son look

Au final: BMW a réussi à produire une voiture élégante et sportive, qui se contente d’un simple 4 cylindres 2 litres Diesel pour procurer beaucoup de plaisir au volant. C’est une prouesse technologique dont seuls les Allemands étaient capables car ils entretiennent une relation particulière avec les moteurs Diesel: Rudolf Diesel était allemand! D’ailleurs, pour l’anecdote: son génial moteur, accusé aujourd’hui de polluer la planète, était à l’origine conçu pour fonctionner avec… de l’huile végétale, oui, vous avez bien lu: de la biomasse!

BMW série 4 (G22)
Longueur4768mm
Largeur1852 mm
Hauteur1383 mm
Empattement2850 mm
voie avant1575 mm
voie arrière1611 mm
garde au sol127 mm
Cx0,25
Coffre440 litres
Essence
420i430iM440i xDriveM4
moteurL4L6
cylindrée1998cc2998cc
alésage82 mm
course94,6 mm
puissance184ch258ch374ch
couple300 Nm400 Nm500 Nm
0-100km/h7,5sec5,8sec4,5sec
v-max240 km/h250 km/h250 km/h
micro-hybride 48Vnonnonoui
chevaux fiscaux101526
poids1605 kg1545 kg1740 kg
Diesel
420d420d xDrive430d xDriveM440d xDrive
moteurL4L6
cylindrée1995cc2993c
alésage84mm
course90mm
puissance190ch (140kW)286ch (210kW)340ch (250kW)
couple400 Nm650 Nm700 Nm
0-100 km/h7,1sec7,4sec5,2sec4,7sec
v-max240 km/h238 km/h250 km/h250 km/h
micro-hybride 48Voui
chevaux fiscaux1010--
poids1680 kg1745 kg--

Texte & photos ©

Cliquez sur le logo pour lire d’autres articles sur la marque
Pour partager : logo facebook logo email logo linkedin logo twitter
Sites officiels :
Connaissez-vous nos amis ? sponsor 3 sponsor 4
www.vroum.info est plus complet et
s’affiche mieux sur un ordinateur