Votre page se charge...

gif

Merci de patienter!

photo

Vous êtes ici: accueil > marques > italiennes drapeau > Ferrari >

Publié par le 1er mai 2020

Ferrari Testarossa

La plus belle occaz de La Réunion

Photos d’illustration DR
(Cliquez sur la photo pour agrandir)

photo manquante
Les stries reconnaissables
photo manquante
Avant plus classique

Un très bel exemplaire de Testarossa circule à La Réunion, jaune, c’est la propriété d’un passionné, qui toutefois accepterait de s’en séparer car il a plusieurs autres bijoux dans son garage dont vous n’avez pas idée! Selon l’annonce publiée sur Leboncoin (décembre 2019) il en demande 120 000 € ce qui correspond au prix constaté lors de plusieurs ventes aux enchères, d’autant plus que cet exemplaire est en parfait état esthétique et d’entretien.

photo manquante
428 ch en version non cata
photo manquante
Intérieur sobre

La Testarossa était lors de son lancement au Mondial de l’automobile de Paris en 1984 la voiture de sport de série la plus chère sur le marché (800 000 francs). Son nom «tête rouge» vient du surnom d’un modèle de course mythique de la Scuderia Ferrari des années 1950, la 250. On retrouve le rouge au niveau du couvre culasse de toutes les Ferrari.

La Testarossa est une voiture de légende car c’est une des dernières supercars à l’ancienne, comprenez par là aucune aide à la conduite, même pas la direction assistée! Elle n’a été dotée de l’ABS que 10 ans après son lancement, en 1994. Celle qui est à La Réunion est de 1988, donc sans ABS.

photo manquante
12 cylindres «à plat»
photo manquante
2 m de large!

Ce modèle apparaît régulièrement au cinéma: «260 Chrono» (1987), «Rocky 5» (1990), «La Cité de la Peur» (1994), «Et l’homme créa la Femme» (2004), «Le loup de Wall-treet» (2013). Charles Pozzi, importateur exclusif pour la France, en a vendu plusieurs à des célébrités, notamment Alain Delon (une rouge intérieur noir).

La Testarossa reprend le châssis tubulaire de la Ferrari 512 BB (Berlinetta Boxer), avec une carrosserie dessinée par Pininfarina, entièrement en aluminium, à l’exception des portes et du pavillon (acier). Elle se distingue par les importantes entrées d’air striées au niveau des portières et l’absence d’aileron, toute la partie arrière étant dessinée pour apporter l’appui aérodynamique nécessaire.

photo manquante
2 amortisseurs
photo manquante

La suspension est composée de doubles triangles à l’avant comme à l’arrière, avec des combinés ressorts/amortisseurs Koni, qui sont doublés à l’arrière (soit 6 amortisseurs au total).

Lors de son lancement en 1984, et jusqu’en 1988, la Testarossa était équipée de jantes à écrou central et TRX (415 mm de diamètre), avant d’adopter des jantes à 5 boulons et de dimensions conventionnelles (16 pouces).

photo manquante
48 soupapes !
photo manquante
Injection Bosch KE-Jetronic

Le cœur de la voiture est une pièce d’orfèvrerie: un 12 cylindres en V à 180°, autrement dit à plat, comme une Porsche 911, mais avec le double de cylindres. DOHC (double arbre à cames en tête) et 4 soupapes par cylindres, soit 48 au total! Et elles sont entraînées par une courroie crantée (Supertorque de Goodyear) à changer impérativement tous les 3 ans ou tous les 30 000 km. L’alimentation est heureusement confiée à l’électronique (Bosch KE-Jetronic), ce qui évite de devoir synchroniser les carbus, et allège ainsi le coût d’entretien.

photo manquante
Feux escamotables
photo manquante
Grille en H

Quand elle est bien réglée, c’est un missile: elle accroche les 300 km/h sur circuit et passe de 0 à 100 en 4,8 sec, sans turbo, en propulsion pure et en passant les vitesses à la main! La boîte doit d’ailleurs être refaite par un spécialiste tous les 100 000 km, voire tous les 30 000 si vous vous y prenez mal avec les changements de vitesses.

photo manquante
Compteur jusqu’à 320 km/h
photo manquante
Pas d’aileron

Si les performances sont époustouflantes pour l’époque et encore respectables 30 ans plus tard, l’habitacle par contre trahit son âge: on est bien dans les années 80! C’est sobre, pour ne pas dire triste, jusqu’au moment évidemment où on voit le compteur étalonné jusqu’à 320 km/h, la légendaire grille de sélecteur en H et le petit volant à trois branches Momo, qui redonnent la banane!

La Testarossa a été produite de 1984 à 1996, date à laquelle elle a laissé la place à la Ferrari 550 Maranello. Sa côte ne cesse de grimper.

Charles Pozzi: de son vrai nom Carlo Alberto Pozzi, est un ancien pilote automobile de l’après guerre, ami personnel d’Enzo Ferrari et importateur exclusif de la marque pour la France depuis 1969. Charles Pozzi est décédé en février 2001, à 91 ans, et le groupe Ferrari-Maserati (filiale à 56 % du groupe Fiat) a racheté son entreprise en 2003.

Ferrari Testarossa 1988
Longueur4 480 mm
Largeur1 976 mm
Hauteur1 135 mm
Empattement2 550 mm
Voies AV/AR1 518 mm / 1 660 mm
Poids à vide1 506 kg
Moteur
typeV 12 à 180° (à plat)
PositionCentrale arrière
Alésage x course82 x 78 mm
Cylindrée4 943 cm3
AlimentationBosch KE-Jetronic
Puissance428 ch (315 kW)
Couple491 Nm
TransmissionPropulsion
Boîte de vitessesManuelle 5 rapports
Puissance fiscale34 CV
Performances
Vitesse maximale290 km/h
0 à 100 km/h4,8 sec
400 mètres12,6 sec
km départ arrêté24 sec
Divers
Pneus Av225/50 ZR 16
Pneus Ar255/50 ZR 16
Disques Av301 mm ventilés étriers 4 pistons
Disques Ar296 mm ventilés étriers 4 pistons

© DR et

Cliquez sur le logo pour lire d’autres articles sur la marque
Pour partager : logo facebook logo email logo linkedin logo twitter
Sites officiels :
Connaissez-vous nos amis ? sponsor 3 sponsor 4
facebook
www.vroum.info est plus complet et
s’affiche mieux sur un ordinateur