Votre page se charge
photo

Vous êtes ici: accueil > marques > Italie drapeau > Fiat >

Mis en ligne par Ignace de Witte le

Essai Fiat 500c

Un petit bout d’Italie

Les Italiens l’appellent: «Topolino», c’est-à-dire petite souris. C’est vrai qu’elle n’a pas besoin de beaucoup de place pour se garer. La Fiat 500 est la citadine la plus craquante de sa génération et une des moins polluantes en raison de son tout petit gabarit. Virginie Darmalingom (présentatrice de l’émission « Les bons plans de Virginie » sur RFO) l’a tout de suite adoptée.

Rouler décapoté, c’est génial: on remonte les vitres (pour ne pas entendre le bruit des véhicules à côté) et on peut savourer le vent, le soleil et le chant des oiseaux quand on passe sous les arbres, comme par exemple sur le boulevard sud, près de la CGSS! Les puristes disent que la Fiat 500c n’est pas à proprement parler un cabriolet mais une découvrable… En tous cas, elle est terriblement craquante, à cause de la «dolce vita» qu’elle incarne parfaitement.

En plus, elle est équipée d’un radar de recul! Car en finition «Lounge» comme nous l’a aimablement prêté Kolors pour notre essai, la petite 500c a tout d’une grande: sièges, volant et pommeau cuir, vitres électriques à impulsion, lecteur MP3, ordinateur de bord complet (consommation, distance, moyennes, etc.) climatisation, commandes de l’autoradio au volant, des airbags «de partout», l’ESP, les vitres teintées, les poignées de porte chromées, les jantes alu de 15 pouces, les projecteurs xénon, le siège conducteur réglable en hauteur, de même que le volant, etc. sans oublier la capote entièrement électrique.

Photos © vroum.info
(Cliquez sur les photos pour les agrandir)

image
 
image
 
image
 
image
 
image
 
image
 
image
 
image
 
image
 
image
 
image
 
image
 

La capote est très bien conçue, rapide (25 secondes) avec même un petit filet saute-vent à hauteur des pare-soleil pour éviter les turbulences quand on ne découvre pas totalement l’engin (ouverture séquentielle). Quand on décapote complètement, la capote repliée masque en effet un peu la vue depuis le rétroviseur intérieur mais cela ne nous a absolument pas gêné, même pour faire les créneaux, puisqu’il y a le radar de parking! On peut décapoter en roulant jusqu’à 60 km/h. Autre avantage de ce système de capote: elle laisse intacte la capacité du coffre, assez réduite d’origine il faut le reconnaître, mais largement suffisante pour faire ses courses au supermarché.

C’est une petite souris mais sous le capot, on découvre un moteur 1,4 litre essence 4 cylindres 16 soupapes délivrant 100 CV! Comme la caisse est hyper légère, la Fiat 500c bénéficie de tous les avantages d’un excellent rapport poids/puissance: elle est très vive dans la circulation et cela en surprend plus d’un, croyez-moi! Si vous voulez faire des économies de carburant, il suffit de déconnecter le mode «sport» au tableau de bord. La Fiat 500c devient alors une brave petite fifille, avec un indicateur «shift» au tableau de bord pour vous aider à passer les vitesses au régime le plus économique.

Essence ou diesel

Il y a aussi un système qui coupe automatiquement le moteur quand vous vous mettez au point mort et que vous relâchez l’embrayage (feu rouge, embouteillages). La voiture redémarre automatiquement dès que l’on enfonce à nouveau l’embrayage. Bref, c’est une voiture qui sait se montrer politiquement très correcte… tout en restant terriblement sexy! Pour ceux qui veulent faire encore plus d’économie, la Fiat 500c est également disponible en version diesel 75 Cv, au même prix (25.700 €). Ou alors, pour 2600 € de moins, soit 23.100 €, vous pouvez opter pour le 1,2 litre essence 8 soupapes délivrant 69 CV.

La tenue de route ne souffre d’aucun défaut, grâce aux «grosses» roues en 15 pouces et une bonne suspension.

En résumé, la Fiat 500c est une voiture d’aujourd’hui, sécurisante, bien équipée et bien finie, mais qui véhicule, en plus, un charme d’une autre époque de par ses lignes largement inspirées de son ancêtre des années soixante. Cette version «découvrable» est un rayon de soleil sur la route. À son volant, on se surprend à siffloter «una canzone» d’Eros Ramazzoti ou crier «Roberto, mio palmo!», la célèbre tirade du Grand Bleu, comme ça, rien que pour rigoler!

Franchement, qui aurait cru il y a quelques années que Fiat sortirait un jour un modèle qui fait concurrence à la Mini et à la Smart, considérées comme «Premium» ?

Le club Fiat 500 de La Réunion

 # Fiat   # Italie drapeau   # segment A   # micro citadine   # cabriolet 

Reproduction interdite (copyright)
Mais vous pouvez PARTAGER sans modération sur :
logo facebook logo email logo linkedin logo twitter
Sites officiels :

sponsor 1
sponsor 2
sponsor 3
sponsor 4