Votre page se charge...

gif

Merci de patienter!

photo

Vous êtes ici: accueil > marques > autos > Madagascar drapeau > Gasycar

Publié par le 26 juin 2020

Madagascar va construire des voitures

image manquante
Gasycar Lion F22
Cliquez pour les photos
image manquante
Gasycar Landfort
Cliquez pour les photos

C’est le 24 juin, deux jours avant la fête de l’indépendance de Madagascar, que le président Andry Rajoelina a annoncé officiellement que son pays allait fabriquer des motos, pickups et des SUV, d’ici 3 ans. Il a précisé que cela se ferait au sein d’une joint-venture où l’état malgache sera majoritaire, avec des partenaires chinois et allemands. Les véhicules seront commercialisés sous la marque Gasycar. Par rapport à Karenjy, jusqu’à maintenant seule et unique marque malgache, les véhicules seront beaucoup moins rustiques.

Au départ, les véhicules seront expédiés de Chine complets mais en pièces détachées et ils seront assemblées à Madagascar, avec l’aide d’ingénieurs chinois qui vont venir superviser toutes les opérations, depuis la construction de l’usine, son équipement en machines et jusqu’au produit final. Ensuite, la montée en puissance des compétences locales va permettre de réaliser de plus en plus d’opérations localement. C’est toute une filière industrielle qui va se mettre en place!

Tout le monde est gagnant: les Chinois vont échapper aux taxes qui frappent les importations d’automobiles neuves, l’état malgache va développer de l’activité économique et surtout lutter contre l’importation de véhicules d’occasion qui consomment trop, polluent ou ont été accidentés et dont l’Europe veut se débarrasser. La population malgache est elle aussi aussi gagnante car assemblage local veut dire que toutes les pièces détachées seront facilement disponibles sur place.

Déjà au Ghana

Autre avantage du concept: on peut mettre 2 véhicules complets (CBU complete built unit) dans un conteneur 40 pieds, contre 3 s’ils sont partiellement montés (SKD semi-knocked down) et même 4 s’ils sont en pièces détachées (CKD completely knocked down). Encore des économies d’échelle.

Le concept a fait ses preuves dans d’autres pays africains, notamment au Ghana, où on trouve depuis 2012 des pickups et des SUV de la marque Kantanka qui sont en fait des véhicules chinois assemblés sur place et rebadgés. C’est une pratique courante dans l’automobile: le Renault Alaskan et le pickup Mercedes classe X ne sont-ils pas des clones du Nissan Navara?

Dans le projet Gasycar, Madagascar traite avec Chongqing Big Technology Co. qui gère des projets identiques, au Ghana (Kantanka) mais aussi en Syrie, Malaysie, Angola, Nigeria, égypte, Afrique du Sud et Iran.

Les véhicules dont il est question roulent en Chine sous la marque Foday, une entreprise qui fabrique des voitures depuis 1988 et dont les usines sont installées dans le sud de la Chine, à Guangdong. Le logo Gasycar a été conçu pour s’inscrire exactement dans le même ovale que le logo Foday!

Si le nom des deux modèles est conservé, on verra bientôt rouler à Madagascar des Gasycar Lion F22 (photos) (pick-up double cabine 5 places) et des Gasycar Landfort (photos) (SUV 7 places).

Ce sont des véhicules à la fois modernes par leur équipement (climatisation, ABS Bosch, direction assistée, vitres électriques, verrouillage centralisé, etc.) et rustiques par leur conception (châssis séparé, ressorts à lames à l’arrière, moteur diesel D19TCID1 de Kunming Yunnei Power, répondant aux normes antipollution Euro IV). Le pickup Lion F22 (double cabine, 5 places) est commercialisé en Chine depuis mars 2015 et le SUV Landfort (SUV 7 places) depuis novembre 2014.

Véritable savoir-faire automobile

Vous noterez que les tableaux de bord sont identiques, de même que la sellerie, la motorisation, la transmission, etc. les deux véhicules se différencient essentiellement au niveau de la carrosserie. Cette rationalisation est gage d’économies d’échelles. Il existe cependant plusieurs niveaux de finition, plusieurs longueurs de benne pour le pickup, de même qu’une motorisation essence est au catalogue (4G69S4N Mitsubishi de 2,4 litres), pour certains pays où la fiscalité ne pénalise pas ce type de carburant. Les véhicules sont également disponibles en version volant à droite pour certains marchés. Il y a même une boîte automatique au catalogue, pour s’adapter à la demande de chaque pays. Les deux modèles qui seront finalement produits à Madagascar seront donc peut-être légèrement différents de ceux qui sont présentés ici, le projet pouvant encore évoluer.

Madagascar a déjà assemblé dans le passé des Citroën 2CV et des Renault 4L. Il y a dans la Grande Île un véritable savoir-faire automobile qui ne demande qu’à s’exprimer à nouveau et le président a bien raison de prendre ce projet à cœur et de l’intégrer dans sa politique de valorisation des talents malgaches.

©

Cliquez sur le logo pour lire d’autres articles sur la marque
Pour partager : logo facebook logo email logo linkedin logo twitter
Sites officiels :
Connaissez-vous nos amis ? sponsor 3 sponsor 4
facebook
www.vroum.info est plus complet et
s’affiche mieux sur un ordinateur