Votre page se charge...

gif

Merci de patienter!

Vous êtes ici: accueil > marques > autos > japonaises drapeau > Lexus >

Publié par le 4 septembre 2013

Essais Lexus IS300H

Pied au plancher !

(Cliquez sur les photos pour les agrandir)

photo manquante photo manquante

Lexus est la marque premium de Toyota. Ce constructeur japonais s’est taillé avec la Prius une solide réputation en ce qui concerne la motorisation hybride. Ajouté à ces deux ingrédients une pincée de folie et vous obtenez la Lexus IS 300 H, full Hybride, ne consommant que 4,3 litres au 100 km mais offrant 220 chevaux sagement bridés par un arsenal d’aides à la conduite particulièrement efficace.

photo manquante photo manquante

Nous avons fait sa connaissance dans le hall premimium de la CMM, qui abrite les marques Volvo et Lexus. L’IS300H ne passe pas inaperçu, surtout dans les tons chaleureux choisis pour le modèle d’exposition. C’est vraiment une très belle voiture, offrant une ligne originale par rapport aux premium allemands. La face avant est particulièrement réussie, très acérée, avec notamment des découpes en forme d’éclairs sous les blocs optiques en guise de feu diurnes à leds. C’est tellement réussi qu’on imagine mal la mise sur le marché d’un kit aérodynamique pour améliorer le look!

photo manquante photo manquante

Personnellement, nous estimons qu’une voiture n’est luxueuse qu’à partir du moment où son moteur a plus de 4 cylindres. La génération précédante (IS 250) disposait d’un 6 cylindres en V. La nouvelle Lexus IS300h ne dispose que d’un 4 cylindres de 2,5 litres. Mais quand on soulève le capot pour admirer le moteur, on a surtout les yeux attirés par les gros câbles orange du système hybride.

photo manquante photo manquante

L’intérieur de la voiture est lui aussi très réussi, avec, japonaise oblige, une débauche d’équipements. Par exemple, quand on coupe le contact, le volant se rétracte et le siège recule pour vous faciliter la sortie du véhicule. Les compteurs affichent différentes informations en fonction du mode de conduite choisi. En mode éco, on a droit à un cadran indiquant si on sollicite ou si on recharge les batteries. En mode sport, le cadran se transforme en compte-tours.

photo manquante photo manquante

C’est une voiture hybride, comme la Toyota Prius, mais on a droit à un «vrai» levier de vitesse et pas un simple joystick. On trouve même des palettes au volant, pour monter et descendre les vitesses comme sur une F1. Le classicisme du tableau de bord est souligné par la présence d’une belle horloge de bord à aiguilles.

Merci de visiter nos sponsors: sponsor 1 sponsor 2

photo manquante photo manquante

Toujours dans la rubrique «c’est une hybride mais c’est pas une Prius», cette Lexus IS 300H ne se contente pas d’un classique train avant Mc Pherson mais dispose d’un train avant à double triangle, ce qui se fait de mieux dans le genre. Et à l’arrière, on trouve un train à bras multiples, là encore, ce qui se fait de mieux. La vocation de la Lexus est en effet de tenir la dragée haute aux premium allemandes.

photo manquante photo manquante

Et pour nous convaincre que la Lexus ne manque pas d’arguments à faire valoir, CMM n’a pas hésité à louer quelques heures le circuit de la Jamaïque et nous confier le volant d’un modèle de démonstration. Pour rappel, le circuit de la Jamaïque, ce n’est pas le Nürburgring, c’est un circuit initialement conçu pour le karting! Autrement dit, c’est un enchaînement de virages assez prononcés et techniques avec une seule ligne droite où on dépasse à peine les 100 km/heures avant d’écraser les freins.

photo manquante photo manquante

C’est un test très difficile pour une berline, où la moindre faiblesse de maniabilité est mise en évidence. Après quelques tours de pistes, on se rend compte que la Lexus IS300h dispose d’un châssis de rêve. Elle a le potentiel d’une bête de course. Mais ce n’est pas une supersportive: elle dispose de toutes les aides électroniques à la conduite possibles et imaginables et l’ordinateur prend très vite les choses en mains.

photo manquante photo manquante

Résultat, on peut rouler sur ce circuit de karting pied au plancher quasiment tout le temps, car dès que l’on dépasse un tant soit peu les limites du raisonnable, l’électronique tempère vite les ardeurs et corrige la trajectoire.

photo manquante photo manquante

Pour un pilote chevronné, ces aides à la conduite particulièrement développées seront sans doute jugées intrusives. Mais, pour le conducteur lambda, c’est un gage énorme de sécurité: la Lexus IS300h est vraiment une voiture très sûre à conduire.

photo manquante photo manquante

Elle est donc belle, confortable et sécurisante. Sans oublier qu’elle est économique: faible consommation (c’est une essence mais plus économique qu’une diesel grâce à la motorisation hybride), faible octroi de mer grâce à son moteur juste en dessous des 2,5 litres de cylindrée, carte grise pas chère parce que hybride, etc. Bref, cette Lexus IS300h rend le choix d’une berline haut de gamme encore plus difficile.

photo manquante photo manquante

Texte & photos ©


Cet article vous plaît? N’hésitez pas à le partager :
logo facebook logo email logo linkedin

Ne manquez plus rien de l’actualité automobile à La Réunion en vous abonnant à notre page Facebook :  f 

Sites officiels de la marque :
Merci de visiter nos sponsors: sponsor 3 sponsor 4