Votre page se charge...

gif

Merci de patienter!

photo

Vous êtes ici: accueil > marques > électriques > Japon drapeau > Mitsubishi >

Publié par le 4 mars 2011

Un moment historique

On a branché la première voiture électrique réunionnaise

(Cliquez sur les photos pour les agrandir)

photo manquante
photo manquante

On en parle depuis des années mais, concrètement, il a quand même fallu attendre longtemps avant qu’une voiture électrique soit commercialisée à La Réunion. On doit cette prouesse technologique et commerciale à COTRANS et Mitsubishi. Pour l’occasion, le président de Mitsubishi Motors France, M. Kiyoshi Teshima, a fait le déplacement à La Réunion, en compagnie de plusieurs techniciens, et M6 Turbo a envoyé une équipe de tournage pour immortaliser l’événement.

Quoi de plus banal que de brancher quelque-chose sur une prise électrique : on fait ce geste tous les jours. Pourtant, le jeudi 10 février dernier, quand Ahmed Adame, directeur général d’ADAMELEC, a pris en main la prise du cordon de recharge de l’iMiev, il a arrêté son geste une seconde, non pas par hésitation mais parce qu’il a senti que le moment était historique: il allait brancher la première voiture électrique commercialisée à La Réunion. C’est un tournant de l’histoire automobile à La Réunion; rien ne sera dorénavant pareil.

Le lendemain, le vendredi 11 février, une fois les batteries chargées à bloc, Didier Legendre, directeur de la marque Mitsubishi à La Réunion (importée par COTRANS), était, à juste titre, ému de remettre les clefs de leurs véhicules aux premiers clients réunionnais lors d’une petite cérémonie officielle, en présence de son "big boss", Michel Lapeyre, directeur de GBH* (groupe Bernard Hayot) Réunion, et en présence de Kiyoshi Teshima, président de Mitsubishi Motors France, qui a fait spécialement le déplacement depuis Paris pour assister au lancement commercial de l’iMiev sur notre île.

photo manquante
photo manquante

Les premiers clients sont quatre entreprises: Adamelec, SOREFI, Nestlé et Véolia, cette dernière ayant acquis 2 véhicules. Nathalie Huron, directrice de la SOREFI (Société Réunionnaise de Financement) a fort bien expliqué: « C’est ce que nous faisons actuellement qui n’est pas naturel: faire un détour pour aller faire le plein dans une station-service. Alors que notre téléphone portable, on le recharge à la maison ou au bureau ». Maintenant, avec son iMiev, elle va faire pareil: recharger sa voiture chez elle ou au bureau. C’est un changement de mode de vie qui permet de composer avec une autonomie de "seulement" 150 km. En effet, 150 km, c’est deux à trois fois moins que n’importe quelle voiture thermique mais le fait qu’on puisse recharger l’iMiev aisément chez soi (où on rentre en principe tous les soirs) ou au bureau (ou on est en principe 5 jours sur 7) compense ce handicap.

Il faut 6 heures pour recharger l’iMiev à 100% sur une prise classique (220 volts 16 ampères) et seulement 30 minutes avec un chargeur rapide triphasé 50 kW mais, concrètement, comme avec une voiture thermique, on attend rarement que le bac soit vide pour remettre du carburant et on est pas toujours obligé de faire le plein. Ainsi, on peut recharger les batteries de l’iMiev selon les circonstances, par exemple 30 minutes ou une heure lors de la pause déjeuner.

Publicité sponsor 1 sponsor 2

photo manquante
photo manquante

Rafik Cassam-Chenaï, Monsieur Véhicule Électrique du Groupe Bernard Hayot, étudie, avec Adamelec la possibilité d’installer des bornes de rechargement rapide à La Réunion ("plein" en 30 minutes). Ce seront à priori des bornes en libre service, exactement comme il existe déjà des aspirateurs et des karchers en libre service dans la plupart des stations-service. Car, contrairement à ce que l’on croit, les gérants de stations-service ne sont pas hostiles aux voitures électriques: ce sont des clients comme les autres, qui ont besoin de contrôler la pression des pneus, qui ont besoin parfois de changer les plaquettes de frein ou faire le niveau du liquide de freinage, qui ont des courses de dernière minute (pain, boissons, journal, etc.) et qui ont besoin de faire le plein d’énergie. Un chargeur rapide triphasé 50 kW, capable de charger en 30 minutes les batteries de l’iMiev à 100% (150 km d’autonomie), permet en effet de charger les batteries à 33% en seulement 10 minutes, pour disposer de 50 km d’autonomie, ce qui est la distance moyenne effectuée par les automobilistes réunionnais (15.000 km par an).

On peut même imaginer que les stations-service offrent ce service gratuitement, comme ils offrent gratuitement la possibilité de vérifier la pression des pneus, histoire de conserver cette clientèle, du moins au début. Il faudra en effet attendre encore des années pour que la voiture électrique se démocratise à La Réunion. Selon les spécialistes, les voitures électriques ne représenteront que 10 à 15% du marché en 2020. D’ici là, les pompes à essence ont encore de beaux jours devant elles.

En tous cas, Ahmed Adame qui a branché le 10 février 2011 la première voiture électrique commercialisée à La Réunion a vécu un moment important.

*COTRANS est une filiale de GBH.

photo manquante
photo manquante

Un peu de technique

Fini les double arbres à cames en tête » et autres « common rail » avec la voiture électrique, il faut s’habituer à des fiches techniques comportant d’autres données.

L’iMiev dispose d’un moteur électrique à aimant permanent. L’aimant au néodyme utilisé dans le moteur i-MiEV possède une force magnétique bien plus importante que les aimants en ferrite normalement utilisés dans les moteurs électriques. Sa puissance maximum est de 49 kW (ou 67 CV) et, plus important, son couple maximum est de 180 Nm sur une plage de régime allant de 0 à 2000 tr/min. En effet, si la puissance maximum est intéressante pour atteindre la vitesse de pointe, en l’occurence 130 km/h, c’est surtout de couple dont l’automobiliste a besoin, pour disposer d’accélération et se mouvoir rapidement dans le trafic. À titre de comparaison, l’iMiev a plus de couple que la Colt 1,6 litre essence et à peine moins que la Colt 1,5 litre turbodiesel.

Le moteur est placé en position centrale arrière et c’est une propulsion. La puissance passe aux roues via une « boîte de vitesses ». Nous mettons ce terme entre guillemets puisqu’il n’y a en réalité qu’un seul rapport, la boîte de vitesses ne servant qu’à enclencher la marche avant (D) ou la marche arrière (R), le moteur électrique pouvant en effet prendre 8000 tours sur le premier (et unique) rapport. Le sélecteur comporte cependant trois autres positions: parking (P) , une position "B" forçant le frein moteur et donc le rechargement des batteries en descente, et une position "C" au contraire "mode roues libres" particulièrement adaptée à l’autoroute (ou ici la route des Tamarins). Le levier de vitesse de l’iMiev ressemble donc furieusement à celui d’une boîte auto.

Élément important sur un véhicule électrique: les batteries. Les batteries de traction sont de type lithium-ion produites par le joint-venture «  Lithium Energy Japan  » dont Mitsubishi Motors Corporation est partenaire, aux côtés de Mitsubishi Corporation et du grand spécialiste des batteries GS Yuasa, fournisseur de clients particulièrement exigeants tels que la NASA. Le système fonctionne sous 330 volts, ce qui justifie que les techniciens de chez COTRANS ont suivi une formation qui s’apparente plus à celle d’électriciens que de mécaniciens, pour intervenir sur l’iMiev en toute sécurité.

Nous avons précisé « batteries de traction » car l’iMiev est par ailleurs équipée d’une batterie classique 12volts qui alimente les phares, les essuie-glace, les vitres électriques, l’éclairage intérieur, l’autoradio et met en charge l’électronique de bord nécessaire au lancement du moteur. Si cette batterie 12 volts est à plat, impossible de démarrer, et cela même si la batterie principale lithium-plomb qui alimente le moteur est chargée à bloc: encore une opportunité pour les stations-service de se montrer indispensables!

 # Mitsubishi   # Japon   # segment A   # micro citadine   # électrique 

Pour partager : logo facebook logo email logo linkedin logo twitter
Sites officiels :
Publicité sponsor 3 sponsor 4