Votre page se charge...

gif

Merci de patienter!

photo

Vous êtes ici: accueil > Motor-Expo > 2015

Publié par Ignace de Witte le 4 septembre 2015

Motor Expo 2015

L’événement 2 roues de l’année !

(Cliquez sur les photos pour les agrandir)

image
Guy Frensois
image
 

L’édition 2015 de la manifestation organisée par Guy Frensois a tenu toutes ses promesses: 50 stands, représentant toutes les marques de motos disponibles à La Réunion, 14.000 visiteurs payants (le parking moto était un vrai 2e salon!), des nouveautés en première nationale, des animations spectaculaires (stunt, drift, car wash sexy), des véhicules anciens (motos et voitures), des voitures tunées, etc.

Si les concessionnaires automobiles n’ont pas encore réussi à s’entendre pour relancer un salon automobile de La Réunion, pour les deux roues, c’est enfin chose faite, grâce à l’intervention de Tienboo, la société de Guy Frensois.

L’événement a pris place à la Halle des Manifestations du Port, sur 4 jours. Toutes les marques de motos disponibles à La Réunion étaient présentes, de même que les accessoires (casques, blousons, gants, garde-boue, guidons, etc.) les quads et les sociétés spécialisées dans le tuning et la personnalisation (modifications, accessoires, peintures). Impossible de tout détailler, alors voici notre sélection, forcément subjective, de ce qu’il ne fallait pas rater!

image
casque «Predator»
image
 

Sur le stand Top Moto (KTM), les hôtesses étaient tellement belles que le monstre venu de l’espace connu sous le nom de Predator, en a perdu la tête et a oublié son casque! Plus sérieusement cet incroyable casque «Predator» est homologué pour la route.

Il comporte même les trois leds sur le côté! Par contre, le prix est, en monnaie terrienne, assez élevé: 890 €.

image
Ducati Scrambler
image
 

BMW S1000 XR: première nationale, le renouveau du trail selon BMW, en fait, c’est un trail 100% urbain et routier. 206 kg et 107 chevaux (160 en version débridée) hauteur de selle de 84cm, un gros réservoir de 20 litres. Le pack «touring» comprend la béquille centrale, les supports de valises, etc. alors que le pack «dynamic» comprend le shifter (permet de passer les vitesses à la volée, sans débrayer ni couper les gaz) et d’autres accessoires rendant la conduite sportive plus sportive. De série, on peut paramétrer l’électronique en mode «road» ou «rain» mais c’est surtout intéressant pour la version débridée de 160 chevaux. En effet, sur la version française d’origine, avec 106 chevaux, vous êtes de toutes façons déjà en mode «rain»!

Sur le stand SOGECORE, nous avons découvert avec ravissement la Ducati «Scrambler», étonnante de fraicheur: un moteur bicylindre en L de 803 cc refroidi par air (un grand classique chez Ducati) développant 75 chevaux, une boîte à 6 rapports, mais un look délicieusement «vintage» inspiré du modèle Ducati Scrambler des sixties. Si le look est «vintage», la technologie est d’aujourd’hui: cadre tubulaire treillis, fourche inversée Kayaba de 41mm, mono-amortisseur arrière Kayaba réglable et même un ABS (version Classic). Le tout pèse à peine 170 kg à vide (186 kg en ordre de marche). La hauteur de selle (790 mm d’origine et 770 mm avec l’option selle basse) et le grand guidon relevé mettent cette moto au look très sympa à la portée de tous et de toutes! 11.490 € en finition Icon et 12.990 &euro en finition Classic.

Lire notre essai de la Scrambler sur le circuit de la Jamaïque.

image
 
image
 

Flying Twin (St-Gilles) présentait quelques belles machines rutilantes sur un stand qui sentait bon la Californie: des Harley-Davidson fines et racées pour la ville et d’autres très accessoirisées (valises, carénage, pare-brises, moto-radio, etc.) pour les longs parcours. Pour ceux qui veulent se la jouer «bad boys»!

image
 
image
 

Sur le stand Bourbon Bike, l’incontournable Kawasaki ZR 10 R «Ninja», vainqueur du Bol d’or 2012, 2013, 2014, etc.: 106 chevaux (205 chevaux en version full power) pour 222 kilos, moteur 4 cylindres en ligne de 1043 cc, refroidissement liquide, fourche inversée de 41mm de diamètre, amortisseur de direction, ligne d’échappement Akrapovic, anti-patinage (traction control), etc. tout ça pour 20.895 €.

image
 
image
 

Encore sur le stand KTM (décidément!) une magnifique série spéciale sur base d’une 690 Super Duke, entièrement noire mate, avec des pneus cross et quelques accessoires bien choisis. Pour l’anecdote, le client qui s’est payé cette belle moto a offert exactement la même, en 125cc, à son épouse!

Autre coup de cœur: la Mash 500, qui est en fait une 400cc. On dirait une ancienne parfaitement restaurée mais c’est en fait une moto neuve avec un look des seventies. Nous avions eu le plaisir d’essayer la 125 cc il y a tout juste un an et nous l’avions trouvée géniale. Guillaume Aly (boss de Top Moto) a complété la gamme disponible avec cette 500. Bon, vous je ne sais pas, mais chez moi, le charme opère toujours: des motos simples, légères, fiables, pas chères à l’achat (2790 € la 125 et 5490 € la 500, payable en 4 fois), faciles à entretenir et déjà chargées de souvenirs!

image
Guillaume Aly (KTM)
image
Lotus Seven

Un véhicule que l’on hésite à ranger dans la catégorie des voitures tellement sa philosophie minimaliste le rapproche d’une moto: la Lotus 7 de Colin Chapman, dont la devise était certainement «Light is right», que l’on peut traduire par «La vérité est dans la légèreté».

Un cadre tubulaire (comme une moto), habillée de plaques en aluminium rivetées (comme un avion), un moteur en position central avant et quatre grosses roues, sans oublier que c’est une propulsion.

Quand on est assis, on peut toucher le sol avec la main tellement on est assis bas!

Oubliez la clim, les portières et tout ce qui fait le confort moderne, ici, on pense uniquement «rapport poids/puissance». Et effectivement, c’est une authentique sportive, aux performances époustouflantes sur circuit. La Lotus 7 a été créée en 1957 mais, comme de nombreux véhicules mythiques, elle a été copiée et produite par une multitude de petits constructeurs, dont Caterham, Donkervoort, Martin, etc. avec comme avantage pour ses inconditionnels qu’elle est donc toujours disponible neuve aujourd’hui! Celle-ci est de 2005 et c’est une Caterham avec un moteur 4 cylindres Ford 1600cc développant 120 chevaux.

image
 
image
 

Bultaco et Montesa, deux marques espagnoles qui ont donné leurs lettres de noblesse au trial, cette discipline à mi-chemin entre la moto et l’acrobatie qui consiste à franchir des obstacles incroyables. Ici, dans l’ordre: une Montesa Cota 123cc, une Bultaco Lobito 125cc et une Bultaco Sherpa 350cc, toutes trois des années soixante-dix et appartenant à Patrick Hoarau, collectionneur.

Le tuning, c’est toujours un peu d’extravagance et les quelques exemplaires d’autos tunées exposées lors du Motor Expo le confirment! Un volant en maillons de chaine soudée, des portières qui s’ouvrent à l’envers ou vers le haut, des sonos à vous couper le souffle et toujours des peintures «candy» incroyables!

image
 
image
 
image
 
image
Citroën Ami 6

En tous cas, pour Guy Frensois, c’est mission accomplie: «Motos, autos-tuning, mais également quads ou encore jets-ski réunis sur 10.000 m2 cette année. On voit déambuler dans les couloirs du salon un public composé de jeunes couples accompagnés d’enfants, de familles réunissant plusieurs générations. L’émergence d’un public familial est un pari gagné.

Pour Tienbooo Com, il s’agit maintenant de se tourner vers l’avenir. Objectif: offrir un salon toujours aussi professionnel et de qualité aux exposants comme aux visiteurs tous les deux ans. Motor Expo reviendra en 2017 toujours plus fort, plus grand, plus fun!»

logo facebook logo email logo linkedin logo twitter
Sites officiels :

sponsor 1
sponsor 2
sponsor 3
sponsor 4