Votre page se charge...

gif

Merci de patienter!

photo

Vous êtes ici: accueil > marques > françaises drapeau > Peugeot >

Publié par le 4 juin 2012

Peugeot 508 RXH

Elle consomme moins en ville que sur route !

(Cliquez sur les photos pour les agrandir)

photo manquante
photo manquante

Miracle de la motorisation hybride, parfaitement maîtrisée par le groupe PSA (Peugeot-Citroën): cette 508 RXH a une consommation de carburant de 4 litres en ville, contre 4,2 litres sur route! C’est la toute première voiture commercialisée à La Réunion qui consomme moins en ville que sur route.

Nous avons eu le plaisir d’essayer le nouveau vaisseau amiral de la flotte Peugeot, qui est dorénavant un break. Cette très élégante 508 RXH rassemble en effet le fin du fin de la technologie de la marque au lion. Pour l’anecdote, sur le plan national, c’est Peugeot qui a lancé la première voiture hybride diesel sur le marché, mais à La Réunion, Peugeot s’est fait brûlé la politesse de quelques jours par Citroën (lire par ailleurs notre essai de la DS5 hybride). Mais qu’importe: c’est toujours le groupe PSA qui gagne.

photo manquante
photo manquante

C’est exactement le même groupe propulseur dans les deux voitures, à savoir un 4 cylindres HDI de 2 litres délivrant 163 CV sur l’essieu avant et un moteur électrique de 37 CV sur l’essieu arrière, soit 200 CV au total, avec exactement la même boîte de vitesses robotisée à 6 rapports. D’habitude, les boîtes robotisées ont mauvaise image car, contrairement aux boîtes automatiques à double embrayage (par exemple l’excellente DSG de chez Audi), elles se caractérisent par un trou désagréable entre les rapports, au point que l’on dit que le conducteur effectue un "salut" en avant à chaque passage de vitesse.

Ce défaut est quasiment inexistant dans le cas présent car les trous entre les rapports sont comblés par le moteur électrique qui lui pousse sans discontinuité, du moins jusqu’à 120 km/h, ce qui, pour rappel, est 10 km/h au dessus de la vitesse maximum autorisée à la Réunion…

De toutes façons, nous l’avons expérimenté, avec ce genre de voiture, on se surprend à rouler différemment : on ne cherche plus la performance, on cherche le confort de roulage maximum, on enroule la route avec souplesse, pour le plus grand plaisir de madame et des enfants. Cela commence dès la mise en route du moteur: c’est un système de démarrage sans clef, on appuie sur le gros bouton start et… il ne se passe rien, sinon que l’aiguille de ce qui ressemble à un compte-tour bouge un peu et qu’un voyant indiquant "ready" s’allume au tableau de bord.

Connaissez-vous nos amis ? sponsor 1 sponsor 2

photo manquante
photo manquante

En effet, on démarre systématiquement en mode électrique et ce n’est que si on sollicite beaucoup de puissance au démarrage (pied lourd) que le moteur thermique va se mettre en route. L’autonomie en mode 100% électrique est de 3 km, ce qui peut sembler très peu, mais il faut savoir que la batterie se recharge très rapidement et que l’on peut à nouveau bénéficier de 3 autres km d’autonomie électrique après quelques kilomètres "thermiques". Le cadran situé à gauche du compteur de vitesse et qui ressemble à un compte-tours est en fait un indicateur de sollicitation de la batterie. Le cadran est étalonné de 0 à 90, de 10 en 10. L’aiguille peut descendre en dessous de 0, ce qui indique que la batterie se recharge (au freinage, dans une descente).

Quand l’aiguille indique 0, on ne consomme pas de courant et quand elle s’accroche au 90, cela indique que l’on "tire" sur la batterie à 90% de sa puissance. Si vous mettez pied au plancher, l’aiguille bondit instantanémnt à 90 et sous le plancher les 300 Nm de couple du HDI et les 200 Nm du moteur électrique unissent leurs efforts pour vous faire jaillir des starting-blocs: le 0 à 100 est abattu en 8,8 sec.

photo manquante
photo manquante

Tous les flux de puissance entre le moteur thermique, le moteur électrique et le pack de batteries sont suivis sur l’écran de 7 pouces qui trône au milieu de la planche de bord.

Les Établissements Caillé ont choisi de n’importer qu’une seule version de la 508 RXH, très équipée: c’est bien simple, les deux seules options qui vous restent, c’est l’intérieur cuir et le toit panoramique. Il faut dire que le marché des hybrides à La Réunion est encore un marché de niche: à peine 250 voitures par an. La version berline devrait arriver d’ici quelques mois mais, de l’avis de beaucoup, ce break est tellement élégant qu’il devrait représenter l’essentiel des ventes. En tous cas, Peugeot croit fermement dans cette nouvelle technologie hybride diesel, au point que la production de la 508 diesel classique pourrait bien être arrêtée.

Il faut vivre avec son temps et le temps est aux économies d’énergie. Ce qui n’exclue pas le plaisir de conduite: c’est une Peugeot et cette 508 RXH est fidèle à la tradition de la marque au lion, avec une tenue de route exemplaire, qui fait d’ailleurs la différence avec la concurrence hybride venue des pays asiatiques…

En fait, sa seule rivale est la Citroën DS5 dont elle partage la motorisation. Elles sont d’ailleurs commercialisées sensiblement au même prix puisqu’il faut débourser 43.950 euros pour la DS5 (prime de 2000 euros déduite) contre 48.800 euros pour la 508 (prime de 2000 euros déduite), mais celle-ci bénéficie d’une liste d’équipement de série plus étoffée.


La taille, ça compte !

Toutes choses étant égales par ailleurs (mêmes équipements, même motorisation, même boite de vitesses, etc.) les émissions de CO2, donc la consommation, de la 508 RXH changent en fonction de la dimension des jantes: 104 grammes de CO2 par km avec des jantes de 17 pouces et 108 grammes avec des 18 pouces. Une différence de 4 grammes, cela peut sembler ridicule mais sur 100.000 km, cela fait 400 kilos de CO2 en plus, et cela commence à compter.

Nous avons donc voulu en savoir plus. Le plus étrange, c’est que, si la jante change, la circonférence de la roue elle ne change pas, c’est toujours 2,13m, puisque Peugeot compense bien entendu le passage de 17 à 18 pouces par des pneus de taille plus basse : pneus taille 45 pour la jante de 18 pouces, contre taille 55 pour la jante de 17 pouces. Si on ne conservait pas la même circonférence de roue, le compteur de vitesse serait faussé et on solliciterait différemment la boite de vitesses, ce qui n’est pas toujours bon pour la mécanique.

En fait, c’est simplement la largeur du pneu qui explique la légère surconsommation: la jante de 18 pouces est en effet équipée de pneus qui font 245 mm de large (245/45 R 18) , contre 225 mm pour la jante en 17 pouces (225/55 R 17). En 18, vous allez donc consommer un tout petit peu plus qu’en 17, mais avec comme avantage d’avoir une meilleure adhérence (plus large surface de contact avec la route). Ces considérations sont valables pour toutes les voitures: plus vos pneus sont larges, meilleure sera l’adhérence, mais au détriment de la consommation et des émissions de CO2. Pensez-y.

Texte & photos ©

Cliquez sur le logo pour lire d’autres articles sur la marque
Pour partager : logo facebook logo email logo linkedin logo twitter
Sites officiels :
Connaissez-vous nos amis ? sponsor 3 sponsor 4
facebook
www.vroum.info est plus complet et
s’affiche mieux sur un ordinateur