Votre page se charge...

gif

Merci de patienter!

f
Des centaines d’essais, des milliers de photos, toute l’actualité automobile de l’île de La Réunion et bien plus!

Vous êtes ici: accueil >

Publié par le 4 octobre 2017

48eTour Auto

Le Cuoq sportif
survole les spéciales

(Cliquez sur les photos pour les agrandir)

L’épreuve reine du sport automobile à La Réunion est une compétition entre pilotes, entre marques automobiles, mais également entre préparateurs locaux, pour qui une bonne place au Tour Auto est toujours une preuve de leur savoir-faire.

Les 575km de l’édition 2017 (dont 154km de spéciales) ont chacun leur lot de péripéties et anecdotes, mais ce qui restera dans les annales de ce 48e Tour Auto, c’est la victoire de Jean-Marie Cuoq sur la totalité des spéciales, avec au final une avance de plus de deux minutes sur le suivant.

Fiche technique de la Citroën C4 WRC (World Rally Championship) de Jean-Marie Cuoq
(Suite de l’article plus bas, juste en dessous de la pub)
Merci de visiter nos sponsors:

Stéphane Sam-Caw-Frève et Margaux Teyssedre, triples vainqueurs du Tour auto (2014, 2015 et 2016) n’ayant pas pu participer cette année avec leur Peugeot 206 WRC, les pronostics avant le départ allaient vers Christophe Tonru, qui a déjà remporté l’épreuve deux fois comme copilote de Samuel Bellon (2102 et 2013) et qui cette année est le copilote de Jean-Marie Cuoq, dix fois champion de France, dont c’est la deuxième participation au Tour Auto de la Réunion.

L’an dernier, il a terminé 3e, à bord d’une Xsara WRC, déjà avec Christophe Tonru dans le baquet de droite.

Visiblement, l’an dernier, Jean-Marie Cuoq a bien assimilé le parcours des différentes spéciales et cette année, à bord d’une Citroën C4 WRC de plus de 300 chevaux, il a explosé les chronos, signant le scratch de 15 spéciales sur 16 et cela uniquement parce que la spéciale n°13 (Camélia 1) a été annulée.

La sortie de route de la voiture ouvreuse n°0, qui a touché deux spectateurs, a en effet conduit les organisateurs à transformer cette spéciale en parcours de liaison.

Jean-Marie Cuoq a dominé l’épreuve de bout en bout, améliorant même les records de 5 spéciales: Trois-Bassins, Camélias, Arums, Frémicourt et Bellemène! Dans l’Est, c’était mission impossible, à cause de la chaussée mouillée.

Mais il ne faut jamais vendre la peau de l’ours avant de l’avoir doublé et d’autres équipages avec l’expérience, le talent et le matériel pour l’emporter ont tout donné pour réaliser le meilleur temps.

On remarque qu’il y a souvent des doublés au Tour Auto. En 2010 et 2011, c’est l’équipage Olivier Payet et Hamza Mogalia qui l’emportait (Fiat Punto S2000), en 2005 et 2006, c’est Pascal Ardoin et Christian Paris (Peugeot 206 WRC) en 1998 et 1999, Olivier Payet et Valérie Gangnant (Peugeot 306 Maxi).

Parmi ces vainqueurs des éditions précédentes, Olivier Payet et Hamza Mogalia étaient à nouveau là cette année, avec une Peugeot 207 S2000.

Une autre piste pour deviner qui allait monter sur le podium consistait à regarder ceux en tête du championnat de La Réunion: Damien Dorseuil, Thierry Law-Long et Malik Unia (vainqueur du Tour en 2000, 2004 et 2009).

Et de fait, sur le podium, aux côtés de Jean-Marie Cuoq, on trouve Damien Dorseuil, qui termine deuxième (copilote Mohammad Balbolia, voiture Peugeot 208 T16, numéro 2, préparée par Onyx Racing), et Olivier Payet, troisième (copilote Hamza Mogalia, voiture Peugeot 206 WRC numéro 9).

Et puis, un rallye ne se limite pas au «groupe A», il y a d’autres catégories également. En F2000, Mamisoa et Muriel Rajoël ont mené à la victoire leur Honda numéro 5, avec plus de 10 minutes sur le second.

Dans la même catégorie F2000, Malik Unia, et la BMW 318 compact numéro 4 (ex-voiture de Maxime Dupuy et une des rares propulsions en lice), a été contraint à l’abandon dans la spéciale de Vue-Belle (panne électrique complète).

Peut-être est-ce une consolation pour lui: Damien Dorseuil, qui termine deuxième au scratch du Tour Auto, derrière Cuoq, est un ancien élève de son école de pilotage!

Stéphane Sam-Caw-Frève empêché, c’est Farouck Moullan qui pilotait sa 206 WRC (numéro 8), hélas, il a lui aussi été contraint à l’abandon suite à des problèmes mécaniques (embrayage) et une sortie de route dans la spéciale «renaissance».

Ceux qui sont contraints à abandonner, mais dont la voiture roule encore peuvent poursuivre l’épreuve en «Rallye 2», du roulage donc, pour maintenir le show et faire plaisir au public, mais aussi parce que cela permet d’acquérir de l’expérience et progresser.

Conformément à la loi des séries évoquée plus haut, le tandem Cuoq-Tonru, devrait encore l’emporter l’an prochain! Certains l’auraient d’ailleurs entendu dire, comme Arnold Schwarzenegger: «Je reviendrai»!

Sauf que tout le monde ne l’entend pas de cette oreille. Il y en a un d’ailleurs qui l’attend avec des fourmis dans le pied droit: Stéphane Sam-Caw-Frève, bien décidé à être sur la grille de départ l’an prochain! Bref, rendez-vous en 2018 pour le 49e Tour auto: va y avoir du sport, d’autant plus, tout le monde l’espère, qu’on attend le retour des spéciales mythiques comme Trois Bancs, la Crête et Notre-Dame de la Paix, abandonnées cette année, faute d’un accord avec les mairies concernées.

Ne manquez plus rien de l’actualité automobile à La Réunion en vous abonnant à notre page Facebook :  f 

Texte et photos ©

Cet article vous plaît? Pourquoi ne pas le…

Merci de visiter nos sponsors: