Votre page se charge...

gif

Merci de patienter!

photo

Vous êtes ici: accueil > Tour Auto > 2017 > 2018 > 2019 >

photo manquante
affiche 2019

Publié par le 30 juillet 2019

50eTour Auto

Damien Dorseuil, pour 2 secondes

(cliquez sur les photos pour agrandir)

photo manquante
116 inscrits, du jamais vu depuis 10 ans
photo manquante
Dix R5 sur le départ

Le Tour Auto qui s’est disputé au mois de juillet a prouvé que le rallye est bien le sport qui mobilise le plus de spectateurs à La Réunion. Il faut dire que les organisateurs (ASA Réunion) et surtout les écuries de course ont vraiment mis le paquet cette année, aidés par l’engouement exceptionnel des entreprises locales pour cette 50e édition. Jamais autant d’argent n’a été investi dans une course automobile à La Réunion.

photo manquante
Thierry Law-Long, vainqueur en 2018
photo manquante
Damien Dorseuil, vainqueur en 2019

Thierry Law-Long, vainqueur l’an dernier, savait qu’il serait difficile pour lui de faire le doublé car pour cette 50e édition, certains ont sorti l’artillerie lourde: pas moins de dix voitures de catégorie R5 (juste en dessous de WRC) étaient alignées sur la ligne de départ, du jamais vu, dont quatre voitures préparées par Onyx Racing by Enjolras acheminées par Air Austral deux jours avant l’épreuve! De fait, après une bataille acharnée, le «Chinois volant» doit se contenter de la deuxième place, pour deux petites secondes au bout de 162,5km de spéciales. Mais comme le dit Vin Diesel dans Fast & Furious: «Que ce soit de deux centimètres ou deux kilomètres, quand tu gagnes, tu gagnes».

photo manquante
Mélody et Julie Sidiot
photo manquante
Philippe Lherminez

C’est Damien Dorseuil , donné favori et en tête du championnat régional des rallyes, qui l’emporte, avec une Ford Fiesta R5 du team SCF (Sam Caw Freve), alors que Thierry Law-Long roule lui avec une Skoda Fabia R5 du team NTR Racing de Philippe Lherminez, team qui a d’ailleurs sponsorisé 8 équipages cette année, là encore, du jamais vu!

photo manquante
Le rallye est très populaire à La Réunion
photo manquante
Olivier Payet

2019 correspond aussi au 100 ans du contrat qui lie Peugeot et JCA (Jules Caillé Autos), un des plus vieux contrats commerciaux au monde, et Fran├žois Caillé voulait absolument marquer le coup, il a donc engagé une Peugeot 208 T16 préparée en métropole ( Onyx Racing by Enjolras ) dont il a confié le volant à Olivier Payet , quadruple vainqueur du Tour (1998 et 1999 avec sa compagne Valérie Gangnant sur Peugeot 306 maxi et 2010 et 2011 avec Hamza Mogalia sur Fiat Punto S2000). Olivier Payet roule cette année avec Imran Ravate dans le baquet de droite. Olivier Payet est le fils de Maurice Payet, vainqueur du tout 1er Tour Auto en 1967: tout un symbole!

photo manquante
Pour Michelin, Pirelli et Hankook aussi il y a un enjeu
photo manquante
Bibendum dans la course!

Selon tous les pronostics, tout devait se jouer entre ces trois pilotes locaux et les aléas de la course n’y ont rien changé car ils ont été bien répartis: Thierry Law-Long a connu des problèmes de notes et a fait un tête-à-queue, Damien Dorseuil a eu une crevaison et Olivier Payet a fait les frais d’un mauvais choix de pneumatiques sur une spéciale. La météo capricieuse a permis aux pilotes d’exprimer leurs talents sur le sec, sur le très mouillé et même dans le brouillard!

Sur 14 spéciales, Thierry Law-Long en a remporté 8, contre 2 pour Damien Dorseuil, 2 Maxime Dupuy, 1 Olivier Payet et 1 Meddy Gerville.

photo manquante
Eddie Lemaître avec le sourire au départ
photo manquante
André Latchoumane président ASA Réunion

La variable inconnue avait pour nom Eddie Lemaitre , pilote normand actuellement en tête du championnat de France division 2, qui avait le choix entre deux épreuves pour ce week-end et qui a choisi de venir à La Réunion avec sa copilote Séverine Lebourgeois et leur Skoda Fabia R5, pour engranger des points. Mais, ne connaissant pas les spéciales de la Réunion sur le bout du talon-pointe comme nos pilotes locaux, ils n’ont jamais été dans le coup. Pire, des problèmes mécaniques ont obligé l’équipage à abandonner. Bref, il aurait peut-être mieux valu pour lui de participer au rallye de Montagne Noire !

photo manquante
BMW 318ti compact de Malik Unia
photo manquante
L’appli pour avoir les chronos en direct

Derrière les missiles de tête, on trouve de nombreux pilotes talentueux prêts à saisir la moindre occasion, comme Malik Unia , vainqueur du Tour Auto en 2000 et 2009, qui a le bonheur extraordinaire de courir avec son fils Danyal comme copilote, mais avec une BMW 318i, une propulsion, en catégorie F2000 14, qui ne peut hélas pas rivaliser avec les R5 à la gestion électronique plus moderne et à transmission intégrale.

photo manquante
Maxime Dupuy
photo manquante
La Civic de Rajoël

C’est d’ailleurs ce qui explique que Maxime Dupuy ait confié cette année encore cette BMW qui lui appartient à Malik Unia, pendant que lui roule en Ford Fiesta R5. Elle lui a permis de faire des étincelles vendredi soir dans la spéciale Lon-Mon-Poy et de carrément prendre un moment la tête du rallye, avant de connaître des soucis de direction assistée qui l’ont contraint à abandonner. La BMW, que Malik disait «fiabilisé» a elle-aussi cassé (embrayage). Abandon sur panne mécanique également (cardan) pour Mamisoa et Muriel Rajoël et leur Honda Civic (F2000) soutenue par la Sogécore.

photo manquante
Départ de nuit vendredi
photo manquante
Meddy Gerville a fait le show

N’oublions pas notre artiste local, Meddy Gerville , qui roulait cette année en Hyundai i20 R5 spécialement acheminée de métropole pour le Tour Auto, préparée par Onyx Racing by Enjolras , et qui, de l’avis général du public, avait de loin le plus beau style de passage dans les virages, sur sec comme sur le mouillé. Il termine finalement 4e au scratch!

photo manquante
Lucifer…
photo manquante
La belle Porsche GT3 de maxime Joseph

Puisque nous parlons du public, fort nombreux sur toutes les spéciales, en dépis de la pluie, celui-ci a toujours ses «chouchou», pas forcément les plus rapides, mais ceux qui assurent le spectacle, comme Maxime Joseph et sa Porsche GT3 (n°18), et Gérard Jullian (n°85) et sa Lotus Élise, deux voitures que le public adore. On notera que la Lotus arborait cette année un surprenant logo «Lucifer» sur le bouclier arrière et qu’elle a terminé sa course… dans le fossé!

photo manquante
Julie Mareux et Cindy Ango
photo manquante
Morgane Partal et Julie Hospital

Un mot s’impose à propos de Nazim Bangui: âgé de 19 ans, il a mené sa DS3 R5 n°12 à la 5e place du scratch! Ce jeune n’a pas fini de faire parler de lui, moi je vous le dit! Par contre, pas beaucoup de femmes au volant cette année, à l’exception des équipages Julie Mareux-Cindy Ango (n°88) et Morgane Partal-Julie Hospital (n°112).

Sur 116 équipages inscrits, seuls 60 sont classés, en raison de panne ou sortie de route (aucun blessé), ce qui indique que le rythme de course était soutenu et que les mécaniques ont souffert.

photo manquante
Jérôme Ferrère d’autorun.re
photo manquante
Beaucoup de sponsors suivent le Tour Auto

En tous cas, tous les groupes présents dans l’automobile étaient présents sur le Tour Auto et soutiennent, plus ou moins directement, des équipages: GBH, Caillé, CMM, LEAL, Sogécore. C’est une question d’image mais pas seulement: les retombées commerciales d’une belle prestation sur le Tour Auto sont réelles. Par exemple, les performances de la Skoda du «Chinois volant» changent l’opinion du public concernant cette marque.

photo manquante
voiture ouvreuse: Lancia Delta HF
photo manquante
autre voiture ouvreuse: Alpine A110

Ce qui est vrai pour les grands groupes l’est également pour toutes les PME du secteur automobile, garages, carrossiers, accessoiristes, préparateurs, etc. Pour certaines PME, c’est leur seule et unique communication de toute l’année et elle porte ses fruits jusqu’au Tour Auto suivant!

Le Tour Auto 2019 mesure exactement 668,85 km.
Il est divisé en 3 étapes: vendredi 26, samedi 27 et dimanche 28 juillet.
Il comporte 14 spéciales d’une longueur totale de 162,50 km. Certaines sont parcourues deux fois (dans le même sens de roulage).

Pour la 1èrefois, le rallye verra toutes les voitures équipées d’un GPS, comme en WRC!

Les reportages Tour Auto:

Texte & photos ©

Cet article vous plaît? N’hésitez pas à le partager :
logo facebook logo email logo linkedin

Connaissez-vous nos sponsors ? sponsor 3 sponsor 4

www.vroum.info est mieux
sur un ordinateur