Votre page se charge...

gif

Merci de patienter!

photo

Vous êtes ici: accueil > marques > Allemagne drapeau > Audi >

Publié par Ignace de Witte le 4 février 2012

Audi A3 de troisième génération

Le changement dans la continuité

Vous avez aimé l’ancienne Audi A3, alors vous allez adorer la nouvelle! On l’identifie du premier coup d’oeil, au point qu’un oeil peu averti se demande où est donc la nouveauté… En fait, il faut placer côte à côte la nouvelle et l’ancienne A3 pour se rendre compte qu’il n’y a pas une seule pièce de carrosserie qui soit interchangeable, tout, absolument tout a été redessiné, du bouclier avant au becquet arrière, en passant par les ailes, le capot, les portières, les surfaces vitrées, les rétroviseurs, etc.

Quand on sait qu’elle bénéficie en outre d’une nouvelle plateforme (celle de la future VW Golf VII) et de toutes nouvelles motorisations, on se rend compte qu’Audi a parfaitement intégré la notion du «changement dans la continuité»!.

Voici donc la troisième génération du best-seller de chez Audi (20% des ventes). Après 9 ans de bons et loyaux services, l’ancienne A3 cède (enfin) la place à sa remplaçante: inutile de vous dire qu’elle est très attendue, par la clientèle, qui applaudit, et par la concurrence, qui s’arrache peut-être les cheveux! C’est une toute nouvelle voiture, mais sans aucune rupture de style ni de philosophie. Ses dimensions restent inchangées en ce qui concerne sa longueur (4237 mm) et sa hauteur (1421 mm). En revanche, elle prend un peu de largeur (1777 mm, +12 mm) et en empattement (2601mm, + 23 mm), pour une meilleure tenue de route et une meilleure habitabilité, surtout aux places arrières..

La nouvelle Audi A3 inaugure la nouvelle plateforme du groupe, qui sera déclinée sur plusieurs modèle, dont notamment la nouvelle Golf VII. Selon Thomas Anastaze, directeur de la marque Audi à La Réunion, les stylistes ont commencé par dessiné la cinq portes, puis en ont décliné une trois portes, alors que d’habitude on fait l’inverse, ce qui explique que la ligne de la cinq portes soit si harmonieuse. Tout est nouveau mais rien ne change! Il n’y a pas un seul élément de carrosserie qui soit interchangeable avec ceux de la génération précédente. Grâce à l’utilisation de l’aluminium (que l’Allemagne produit en abondance puisque son sous-sol regorge de bauxite), la nouvelle A3 gagne 80 kilos sur la balance pour descendre à 1175 kg..

(Cliquez sur les photos pour les agrandir)

photo manquante
 
photo manquante
 
photo manquante
 
photo manquante
 
photo manquante
 
photo manquante
 
photo manquante
 
photo manquante
 
photo manquante
 
photo manquante
 
photo manquante
 
photo manquante
 
photo manquante
 
photo manquante
 
photo manquante
 
photo manquante
 
photo manquante
 
photo manquante
 
photo manquante
 
photo manquante
 
photo manquante
 
photo manquante
 
photo manquante
 
photo manquante
 

Si la nouvelle Audi A3 nous semble si familière, c’est parce que les designers ont repris le code stylistique auquel nous sommes déjà habitués sur les autres modèles de la gamme, notamment le Q3 (phares, calandre trapézoïdale, feux arrières).

Sous le capot, uniquement des nouveaux moteurs (et tous «made in Germany» précise Thomas Anastaze) , dont un phénoménal 1.6 TDI qui délivre 105 CV et ne consomme que 3,8 litres au 100km et qui constituera, à notre humble avis, le coeur des ventes à La Réunion.

Pour notre essai, nous avions le 2.0 TDI (1968cc), qui délivre 150 CV et 320 NM et permet à l’A3 de passer de 0 à 100 km/h en 8,6 sec tout en consommant à peine 4,1 litres /100 km. Un pur régal. Dans l’habitacle, on apprécie toujours la qualité des matériaux employé et la finition qui justifient parfaitement l’appellation "premium" (elle est entièrement fabriquée en Allemagne).

On note la présence d’encore plus d’électronique embarquée, avec notamment un système de caméras et un logiciel qui reconstituent une «vue de dessus» de la voiture. L’image s’affiche sur un écran multifonction de 7 pouces (18 cm) qui s’escamote entièrement dans la planche de bord quand on quitte le véhicule.

Nous avons également été bluffé par le «drive select», qui permet de choisir entre plusieurs modes de conduite ("comfort", "auto", "dynamic", "individual" et" efficency") et qui agit non seulement, et de façon très nettement perceptible, sur le moteur mais également sur le châssis et sur la direction et même la climatisation..

Audi abandonne également le frein à main classique, pour un système électromécanique avec un interrupteur situé entre les deux sièges:. Si on ne peut plus faire de demi-tour au frein à main pour épater la galerie (et passer pour un parfait crétin), en revanche, le système fait «assistance au démarrage en côte» et on ne risque plus de caler (et… passer pour un parfait crétin)..

Au cours de notre essai, nous avons roulé en centre-ville (Saint-Denis et Saint-Pierre), sur "autoroute" (Route des Tamarins) et un peu dans les hauts (Tampon): dans toutes les circonstances, cette nouvelle A3 s’est montrée enthousiasmante..

Audi est tellement sûr de son coup que cette nouvelle A3 sera lancée également sur le marché américain, contrairement à sa devancière qui s’était contenté de briller sur le vieux continent. Quant au tarif, il démarre à 29.900 euros (1.4 TFSI de 122 CV). Qu’est ce que vous attendez?.

 # Audi   # Allemagne   # segment C 

logo facebook logo email logo linkedin logo twitter
Sites officiels :

sponsor 1
sponsor 2
sponsor 3
sponsor 4