Votre page se charge...

gif

Merci de patienter!

photo

Vous êtes ici: accueil > marques > Japon drapeau > Toyota >

Publié par le 4 avril 2011

Toyota Verso S

Le mini monospace selon Toyota

(Cliquez sur les photos pour les agrandir)

photo manquante
photo manquante

Vous hésitez entre une citadine (segment B) et un petit monospace (segment M1)? Alors, intéressez-vous au nouveau Toyota Verso S, qui est justement à cheval sur ces deux segments. Le Toyota Verso S ne manque pas de qualités intrinsèques et il séduira également la clientèle réunionnaise par le fait qu’il bénéficie d’une marque automobile de référence (Toyota, 1er constructeur mondial) et d’un distributeur local qui tient la route (CMM).

De l’avis même de la CMM, cette nouvelle Toyota a comme concurrents (entre parenthèse le nombre d’exemplaires vendus à la Réunion en 2010): CITROEN C3 Picasso (97), HONDA Jazz (73) , PEUGEOT Bipper (71), NISSAN Note (70), RENAULT Modus (21) et OPEL Mériva (13). Le marché auquel s’attaque le Toyota Verso S représente donc 345 unités par an (puisque tout le monde s’accorde à dire que 2011 sera comme 2010) et selon François Malgras, de la direction marketing de la CMM, le Toyota Verso S devrait représenter entre 40 et 50 unités en année pleine. L’ambition affichée de la CMM est raisonnable.

photo manquante
photo manquante

À notre humble avis, le Toyota Verso S devrait séduire les clients qui sont attachés aux critères suivants, dans l’ordre: 1) le prix (25.990 euros en version diesel climatisée), 2) le gabarit citadin (à peine 3,99m de long, soit le plus court du segment) et 3) l’intérieur spacieux (pour 5 personnes) et une bonne modularité (plus grand coffre du segment avec 429 litres, banquette arrière rabattable 40/60 avec une seule main, plein de rangements partout, dont un astucieux espace compartimenté sous le plancher du coffre et un tiroir sous le siège passager avant).

Il faut ajouter à ces qualités propres au véhicule deux autres qualités importantes: Toyota est le 1er constructeur mondial et la marque est distribuée à La Réunion par un groupe solide, CMM (qui vient de reprendre la carte Citroën).

Quant au style, c’est peut-être le revers de la médaille du 1er constructeur mondial: le Verso S a un style peu affirmé, visiblement le plus consensuel possible, pour plaire à la clientèle de tous les pays. Ceci dit, il est loin d’être moche: la ligne latérale est en coin, dynamique, et la vitre de custode triangulaire est beaucoup plus réussie de celle du « Yaris Verso » que le « Verso S » remplace. À l’intérieur, la planche de bord est agréable, avec des plastiques de qualité et un rétro-éclairage des compteurs sympa. Et on apprécie toujours autant la position du levier de vitesse au tableau de bord, près du volant, comme sur un monospace.

Publicité sponsor 1 sponsor 2

photo manquante
photo manquante

Côté motorisation, le Verso S reprend les blocs essence et diesel D4D de la Yaris, tous deux "euro 5". Le diesel de notre modèle d’essais a les caractéristiques suivantes: 4 cylindres, 1,4 litre de cylindrée, simple arbre à cames en tête, 2 soupapes par cylindres, injection multipoint et rampe commune, 90 CV (66 kW). Les 80 kg supplémentaires à emmener par rapport à la Yaris ne se ressentent pas, en raison d’un étagement de boîte de vitesses revu et corrigé. De toute façon, on a ici affaire à une familiale et pas une sportive. Visuellement, cela se traduit d’ailleurs par un capot moteur tout rikiki, car le pare-brise est très avancé (pour augmenter l’impression d’espace à l’intérieur) au point que le bloc moteur se trouve logé à moitié sous le tableau de bord. Par ailleurs, on notera que Toyota a volontairement conçu un échappement qui ne dépasse pas du bouclier arrière, totalement invisible donc pour les passants, pour renforcer le côté familial.

photo manquante
photo manquante

La tenue de route est celle, rassurante, d’une traction avant. Le train arrière est de type rigide, comme sur les pick-up de la marque. Ce n’est donc pas une suspension arrière à roues indépendantes mais elle remplit quand même correctement son rôle et on roule très confortablement. Encore une fois, c’est une familiale, pas une sportive.

Pour des raisons de prix, l’équipement d’origine est assez simple: par exemple, pas de roues alliage mais des roues en tôle avec enjoliveurs, pas de commandes de l’autoradio au volant, pas de radar de parking et des vitres à commande électriques seulement à l’avant. En revanche, il y a la clim, un indicateur de changement de vitesses pour économiser le carburant (shift up), l’ESP (qui s’appelle VSC+ chez Toyota), un système électronique de contrôle de motricité, une direction assistée électriquement, des prises iPod et USB.

La garantie constructeur de trois ans ou 100.000 km devrait vous mettre à l’abris des ennuis et le réseau CMM est connu pour son SAV sérieux: ce sont deux points importants lors du choix d’un véhicule qui pèsent en faveur du nouveau Toyota Verso S.

 # Toyota   # Japon   # segment C   # monospace 

Pour partager : logo facebook logo email logo linkedin logo twitter
Sites officiels :
Publicité sponsor 3 sponsor 4